Yaya Jammeh en meeting: « Je ne veux pas de voix pour être élu; Dieu va me choisir «  | La Depeche du jour

Yaya Jammeh en meeting: « Je ne veux pas de voix pour être élu; Dieu va me choisir « 

Yaya Jammeh en meeting: « Je ne veux pas de voix pour être élu; Dieu va me choisir « 

Décidément, Yaya Jammeh est un homme politique atypique. Alors qu’il doit se présente à la présidentielle du 1er décembre 2016, pour briguer un 5ème mandats, le président gambien a affirmé mercredi, lors d’un meeting, qu’il n’a même pas besoin que les populations votent pour lui, puisque Dieu l’a déjà choisi.

« Je ne veux pas de voix pour être élus. Dieu va me choisir. Les Gambiens sont libres de voter pour le parti de leur choix. Je serai élu dans les bureaux par Dieu « , a déclaré le leader de l’APRC, parti au pouvoir.

Cette précision faite, le président sortant qui est en pleine campagne, a appelé ses partisans à ne pas tomber dans le piège d’une opposition mourante qui veut provoquer des violences électorales et installer la chaos dans le pays.

« J’appel mes partisans à rester loin de la violence. Vous devriez être heureux et être plein d’espoir, de sorte que nous pourrons célébrer notre victoire imminente ensemble. C’est la dernière année pour l’opposition en Gambie. Nous observons les prières du quarantième jour du décès, pour l’opposition. Pourquoi devriez-vous vous permettez d’être provoqués par une personne mourante. Ils (les opposants) sont en train de mourir », explique-t-il.

Convaincu qu’il y a des Gambiens, surtout de la diaspora, qui sont décidés à perturber la paix social dans le pays et invitant les forces de sécurité à veiller partout pour mettre hors d’Etat de nuire les adeptes de la violence et du tribalisme, le « babali mansa » de lancer des menaces directes.

« Si un conflit politique et la haine s’installent, ça va nous prendre un certain nombre d’années pour guérir nos plaies. Nous allons écraser toute invasion venant de la diaspora. Il y a des Gambiens vivant à l’étranger, qui se cachent quelque part, et ils ont l’intention de perturber la paix de notre nation. J’ordonne l’arrestation de quiconque qui ferait de l’incitation à la violence « , martèle Jammeh.

Pour la présidentielle du 1er décembre, Yaya Jammeh au pouvoir depuis 1994, fera face à deux candidats. Il s’agit d’Adama Barrow candidat de la convention de l’opposition et Mama Kandé dont le parti, le Congrès démocratique de Gambie (GDC) s’est démarqué de la démarche unitaire de l’opposition, qui a choisi (par vote) Adama Barrow.

Mots clés

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.