Série de meurtres, insécurité…: la police avoue son impuissance | La Depeche du jour

Série de meurtres, insécurité…: la police avoue son impuissance

Série de meurtres, insécurité…: la police avoue son impuissance

Le directeur de la police Omar Maal s’est prononcé sur les séries de meurtres qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive. Le patron de la police était en visite à la 25e FIDAK ce mercredi d’où il a répondu aux questions des journalistes.

Accompagné par le directeur du CICES Cheikh Ndiaye, Omar Maal apporte des précisions sur l’insécurité qui hante le sommeil des populations, « la police ne peut pas gérer les violences domestiques et les derniers cas de crime qu’on a enregistré relevé de ce domaine. Mme la vice-présidente du conseil économique social et environnemental a été victime de son chauffeur et ce dernier était considéré comme un membre de la famille pour le tuer cela devient facile car elle devient une ‘proie’ facile pour ce chauffeur ». Avant d’ajouter que, la police ne peut être dans les domiciles pour être témoin et réagir en temps opportun à une scène domestique ».

Pour lutter contre ce fléau le directeur de la police nationale implore l’implication de toute la population dont la sécurité est en question, «quel que soit le résultat que nous puissions engranger dans le cadre de la mission, la police ne saurait le réussir sans l’implication de la population. Cette dernière a une part importante à jouer dans la mise en œuvre de sa propre sécurisation. Je lance un appel aux uns et aux autres de rester vigilent et de guetter le comportement des jeunes car tout part des jeunes et revient aux jeunes » renseigne t- il.

A en croire Mr Maal, la police fait correctement son travail en faisant toutes les nuits des rondes dans Dakar et partout à travers le pays. Selon lui « en réalité la plupart des délits de crime sont le fait de la jeunesse hors cette jeunesse est l’avenir du pays. Permettez-moi de lever cette équivoque par rapport à cette situation qui découle d’un phénomène que nous connaissons tous et c’est dans ce sens que la criminalité dans un pays ou dans un Etat est la résultante du degré de développement ou du sous-développement moral de la société ». Poursuivant son argumentaire le patron de la police sénégalaise rassure les populations, « par rapport à ce sentiment d’insécurité, il ne s’agit pas d’insécurité au Sénégal, tous les jours que Dieu fait il n’a pas une seule nuit où les policiers ne patrouillent pas dans Dakar et hors de Dakar parce que pendant toute la nuit les gens sont dehors».
avec senenews.com

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.