Rufisque: Jean Jacques Ayrault se recueille sur la tombe de Mbaye Jacques Diop | La Depeche du jour

Rufisque: Jean Jacques Ayrault se recueille sur la tombe de Mbaye Jacques Diop

Rufisque: Jean Jacques Ayrault se recueille sur  la tombe de Mbaye Jacques Diop

Le ministre français des Affaires étrangères et du développement international qui séjourne à Sénégal, depuis avant-hier, s’est rendu à Rufisque en compagnie de son épouse Brigitte. Jean Marc Ayrault y était pour présenter ses condoléances à la famille de feu Me Mbaye Jacques Diop. Devant sa famille biologique, politique dont Seydou Diouf, Abdou Aziz Faye, Taïba Sow, Adji Ndèye Niang ainsi que ses amis, Ayrault a tenu un discours émouvant sur le défunt maire de Rufisque. Selon Jean Marc Ayrault, Mbaye Jacques Diop, avait su partager et partager avec les Nantais sa passion et son ambition pour Rufisque. «Il m’avait donné l’occasion dans le cadre de la coopération décentralisée de partager avec la population de Rufisque, une ville aussi dynamique aussi généreuse, mais en même temps porteuse de projet et d’exigence pour l’avenir».
Donc explique-t-il : «Je ne pouvais pas venir en visite officielle au Sénégal sans venir à Rufisque», évoquant les relations cordiales et amicales qui existent entre Nantes la ville qu’il a eu à administrer pendant 23 ans et Rufisque. Le ministre français des Affaires étrangères a assuré aux populations rufisquoises que cette amitié «va se poursuivre et que la solidarité allait se poursuivre puisque c’est inscrit dans la durée». Avant de quitter Rufisque, la ville jumelle de Nantes dans le cadre de la coopération décentralisée, Jean Marc Ayrault a rendu hommage à Me Mbaye Jacqus Diop au cimetière de Thiawlène où il repose avant de pendre congé de «ses amis». Pour rappel Jean Marc Ayrault avait signé la coopération Nantes-Rufisque en 1992. Par le biais de cette coopération, les deux villes ont réalisé la correspondance scolaire, l’hôpital Youssou Mbargane, le centre de secours des sapeurs-pompiers, l’état civil, entre autres.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.