Recrutement des volontaires pour le service militaire à Ouakam: Échauffourées, coups de marteaux, deux morts et des blessés | La Depeche du jour

Recrutement des volontaires pour le service militaire à Ouakam: Échauffourées, coups de marteaux, deux morts et des blessés

Recrutement des volontaires pour le service militaire à Ouakam:  Échauffourées, coups de marteaux, deux morts et des blessés

Deux candidats au recrutement 2017 dans l’Armée ont trouvé la mort à la suite d’une bousculade intervenue samedi au foyer des jeunes de Ouakam. Selon les informations du quotidien le Populaire, confirmées par le Commandant Ngom, responsable du service de communication de l’armée, les deux blessés dont l’un a reçu un coup de marteau ont succombé à leurs blessures, après leur évacuation à hôpital. « Il y a eu plusieurs blessés, puisque, certains des postulants, étaient armés ( couteau, marteau…). Ce qui fait que lorsque la bousculade a commencé, certains en ont profité pour user de la violence, transformant ainsi le foyer des jeunes de Ouakam en un véritable champ de bataille. Des échauffourées qui malheureusement ont débouché sur la mort d’hommes », racontent les témoins. Le foyer des jeunes de Ouakam accueille depuis quelques jours des centaines de jeunes, venus des différentes régions du Sénégal. Ces derniers qui veulent intégrer l’Armée nationale y ont élu domicile trois à quatre jours avant l’arrivée des recruteurs, pour avoir un ticket et une « bonne place ». Samedi dernier, des jeunes candidats qui étaient recalés dans le centre de Rufisque et de Guédiawaye ont rappliqué vers Ouakam, pour tenter leur chance. Ils ont voulu user de la force pour intégrer les rangs. Et naturellement, ceux qui étaient sur place, depuis plusieurs jours, bravant la faim, le froid, puisqu’ils dorment à la belle étoile, n’ont pas voulu se laisser faire. C’est ainsi qu’il y a eu une énorme bousculade. Profitant de la situation, certains ont usé de leurs armes,blessant ainsi plusieurs personnes qui se sont retrouvées à l’hôpital », explique-t-on.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.