Prostitution : les filles de Mme Marisol lui rapportaient 50 000 € par mois | La Depeche du jour

Prostitution : les filles de Mme Marisol lui rapportaient 50 000 € par mois

Prostitution : les filles de Mme Marisol lui rapportaient 50 000 € par mois

Elles étaient originaires de Saint-Domingue ou de Colombie et devaient faire commerce de leurs corps dans des appartements, implantés dans toute l’Ile-de-France. Un vaste réseau de prostitution vient d’être démantelé par les enquêteurs de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne.

L’enquête a démarré au mois de mars dernier après une plainte déposée au commissariat de Pantin (Seine-Saint-Denis) par une ressortissante dominicaine. Cette dernière explique alors aux policiers qu’une de ses compatriotes, prénommée Marisol, a réussi à mettre sous sa coupe une vingtaine de jeunes femmes, contraintes de se prostituer. La plaignante précise même que Marisol, âgée de 41 ans, l’a fait venir d’Espagne avant de publier des petites annonces sur différents sites internet, vantant ses charmes.

Très vite, les enquêteurs de la BRP découvrent que la proxénète réclame un « loyer » de 400 € par semaine à chacune de ses prostituées ainsi qu’une rétribution sur les prestations sexuelles de ses « protégées ».

Domiciliée à Romainville (Seine-Saint-Denis) et aidée de quatre principaux complices, Marisol est soupçonnée d’avoir mis sur pied son vaste réseau au mois de janvier 2015.

« Elle recrutait des filles en Espagne, relate une source proche de l’affaire. Elle les logeait ensuite dans des appartements dans les XVe et XXe arrondissements à Paris, mais aussi à Drancy, Gagny, au Pré-Saint-Gervais, Villepinte (Seine-Saint-Denis), Colombes et Puteaux (Hauts-de-Seine). Elle publiait aussi les petites annonces concernant ses filles sur le site Vivastreet ».

Selon nos informations, Marisol est suspectée d’avoir perçu un bénéfice de 50 000 € par mois via cette activité prostitutionnelle. Plusieurs transferts d’argent à destination de Saint-Domingue ont également été relevés par les policiers de la BRP.

Marisol et ses quatre principaux comparses, notamment chargés de la prise de rendez-vous et de la logistique de ce réseau, ont été mis en examen avant d’être placés en détention provisoire.

leparisien.fr

Mots clés

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.