Prise en charge médicale: Macky et Marième au chevet des détenus « blessés » à Rebeuss | La Depeche du jour

Prise en charge médicale: Macky et Marième au chevet des détenus « blessés » à Rebeuss

Prise en charge médicale: Macky et Marième au chevet des détenus « blessés » à Rebeuss

Le couple présidentiel a pris une décision hautement humanitaire en prenant en décidant de prendre en charge la situation la situation des détenus blessés lors de la mutinerie de Rebeuss qui a eu lieu le 20 septembre dernier. Cette initiative vient, selon le journal l’Observateur, cette initiative est née des suites de la grève de la faim que ces blessés graves , transférés au pavillon special du centre hospitalier Le Dantec de Dakar, avaient entamée en début de semaine dernière.

Les détenus, Amadou Diop, Ammdy Moustapha Sow, Pape Matar Diop, Aly Sano, Yankhoba Top, Saliou Gueye, Sambala Sanghalé, Ibou Wade, Lazar Diamacoune, Ibrahima Diallo et Cheikh Tidiane Diop avaient mis un nouveau branle de combat, faisant une diète pour obtenir une liberté provisoire , conformément aux engagements pris par le procureur de la République et le Garde des Sceaux, venus leur rendre visite au lendemain de la mutinerie. Informé du mouvement de grève, le Palais présidentiel a d’abord essayé envoyé des émissaires pour s’enquérir de la situation des détenus blessés. C’est ç la suite de cette mission d’inspection que la Première Dame a dépêché quelques uns de ses éléments auprès des blessés. Sur les lieux, les émissaires du couple présidentiel ont tenu langue avec le patron du Pavillon spécial et des mandataires des détenus grévistes. Et au sortir de cette face à face, le couple présidentiel a pris l’engagement de prendre en charge l’ensemble des blessés et plus particulièrement, deux cas qui nécessitent des soins à l’étranger: il s’agit de Pape Matar Diop, victime d’une paralysie. Ce détenu qui se déplace en chaise roulante dans les allées du Pavillon spécial est géré par la Première Dame. Le journal informe qu’il sera libre dans les prochains jours pour pouvoir se soigner. Et l’autre détenu s’appelle Cheikh Tidiane Top, il a été placé sous mandat de dépôt le 25 juillet 2016 et son cas désespéré en prison s’est aggravé le jour de la mutinerie. « Il traînait déjà son mal occasionné par une piqûre ratée, à l’infirmerie de l’Administration pénitentiaire. Lors de le mutinerie, il s’est encore blessé. Transféré à l’hôpital ,les médecins ont jugé nécessaire de lui amputer le bras pour lui sauver la vie », informe une source du journal.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.