Pour une simple machine à calculer: Trois pères de familles envoyés en prison pour 2 ans dont 3 mois ferme | La Depeche du jour

Pour une simple machine à calculer: Trois pères de familles envoyés en prison pour 2 ans dont 3 mois ferme

Pour une simple machine à calculer: Trois pères de familles envoyés en prison pour 2 ans dont 3 mois ferme

Du fond de leur cellule, où ils vont croupir pour les 3 prochains mois, les sieurs Mouhamed Faye, Adama Ndiaye et Mamadou Lamine Seck doivent sans nul doute être en train de regretter amèrement leur acte. Ces trois hommes mariés et père d’un enfant chacun, ont été envoyé en prison ce jour par les juges du tribunal des flagrants délits de Dakar. Leur délit, avoir volé en réunion une machine à calculer.

Les faits se sont déroulés la semaine passée au niveau du rond-point « case bi », situé aux Parcelles assainies. La dame Rokhy Ndiaye qui venait de monter dans le « car rapide » sur le quel se trouvait les prévenus, a quelques temps après le départ de la voiture, constaté que sa machine à calculer qui était dans son sac a été dérobée. Après avoir constaté le vol, la dame décide d’utiliser sa tête pour attraper son voleur. Ainsi, elle attend que l’autocar arrive au niveau du camp des sapeur pompiers pour aller trouver un agent et lui expliqué qu’elle venait de se faire voler et que le voleur était dans la voiture.

C’est dans ces circonstances que les soldats du feu ont investi le car rapide pour tenter de trouver le voleur de la machine à calculer de la dame Ndiaye. Après une fouille, les hommes de tenue parviennent à mettre la main sur la machine ainsi que sur un téléphone portable que la bande de pères de famille voleurs avait dérobé. Ils seront ainsi embarqués, à destination du commissariat des Parcelles Assainies.

Interpellés ce jour devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, les mis en cause ont nié les faits arguant que les gens qui étaient dans le « car rapide » les en voulaient, parce qu’ils les dérangeaient durant le trajet en chantant et en se taquinant.

« Nous avons tous des femmes et des enfants. Comment peut-on comprendre que des hommes de notre âge puissent se mettre à voler des choses aussi insignifiantes qu’une machines à calculer? », se sont-ils défendus.

Prenant ses réquisitoires, le représentant du ministère public a déclaré que les mis en cause sont des habitués des faits que les limiers des commissariats en banlieue ont fini de fichier. Pour cela, il demande au tribunal de les condamner à deux ans de prison ferme. Finalement après délibéré, le tribunal a condamné les prévenus à deux ans de prisons dont trois mois ferme.

(Jotay.net)

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.