Obama appelle Trump et l’invite à la Maison Blanche | La Depeche du jour

Obama appelle Trump et l’invite à la Maison Blanche

Obama appelle Trump et l’invite à la Maison Blanche
  • Barack Obama a appelé Donald Trump tôt mercredi matin afin de le féliciter pour sa victoire à l’élection présidentielle et lui a exprimé « son admiration pour la solide campagne qu’il a menée à travers le pays », selon un communiqué de la Maison Blanche.

    « Le président a invité le président élu à venir le rencontrer à la Maison Blanche le jeudi 10 novembre pour faire le point sur le planning de transition sur lequel son équipe travaille depuis presque un an. Assurer une transition du pouvoir harmonieuse est l’une des priorités que le président a identifiées en début d’année, et rencontrer le président élu en est la prochaine étape », ajoute le communiqué.


    Pour son premier tweet en tant que président élu des Etats-Unis, Donald Trump a promis mercredi matin de n’oublier personne et a affirmé que les Américains allaient se « rassembler comme jamais auparavant ».

    « Une si belle et importante soirée! Les hommes et femmes oubliés ne seront plus jamais oubliés. Nous allons nous rassembler comme jamais auparavant », a tweeté le républicain vers 06H45 (11H45 GMT et 12H45 HB).
    Ce message particulièrement consensuel pour l’homme d’affaires, d’ordinaire habitué des diatribes et critiques en tous genres sur son compte Twitter, avait déjà été retweeté 20.000 fois, et aimé plus de 40.000 fois après quelques minutes.

     Un tweet polémique
    L’ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, a écrit sur Twitter: « Après Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige ». Le tweet a été rapidement effacé, afin d’éviter une crise diplomatique?

    Benjamin Netanyahu félicite Donald Trump
    Dans un message publié sur Facebook, le premier ministre israélien a félicité Donald Trump, « véritable ami de l’Etat d’Israël ».

    Les musulmans d’Asie avaient du mal à accepter mercredi la victoire du populiste magnat de l’immobilier américain et sa rhétorique anti-islam. Il avait provoqué un tollé international en déclarant pendant la campagne électorale, en décembre dernier, vouloir interdire l’entrée des musulmans aux Etats-Unis après une fusillade en Californie.
    Certains redoutent que des mesures anti-islam qui seraient prises par la future administration Trump puissent nuire à la lutte contre l’extrémisme islamiste à travers le monde.

    « Quand les Etats-Unis ont recours à des mesures fortes, les extrémistes se renforcent », affirme Zuhairi Misrawi, universitaire islamique de l’organisation indonésienne modérée Nahdlatul Ulama.

    Les défenseurs du climat sonnés mais déterminés
    Sonnés par l’élection de Donald Trump, les défenseurs du climat, réunis à Marrakech pour la COP22, affichaient mercredi leur détermination à poursuivre la lutte contre le réchauffement, convaincus que l’avènement des énergies propres est inéluctable.

    Pendant sa campagne, le candidat républicain avait annoncé son intention d' »annuler » l’accord de Paris contre les dérèglements climatiques, adopté fin 2015 par la communauté internationale. Or le rôle des Etats-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, a toujours été central dans le dossier climat..

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.