Moustapha Diakhaté sur la réaction de Fatou Tambédou: « j’ai souffert quand elle…” | La Depeche du jour

Moustapha Diakhaté sur la réaction de Fatou Tambédou: « j’ai souffert quand elle…”

Moustapha Diakhaté sur la réaction  de Fatou Tambédou:  « j’ai souffert quand elle…”

Selon le député Moustapha Diakhaté, la ministre déléguée “Fatou Tambédou a commis une grave erreur », hier, en s’attaquant à l’Assemblée nationale à son collègue, Diène Far Sarr.

« J’allais même dire qu’elle a fait preuve d’irresponsabilité, d’irrespect par rapport à l’institution parlementaire, d’irrespect par rapport à Monsieur le Président de la République et de manque de solidarité avec nos ministres. Je crois qu’elle s’est éloignée, en se comportant de cette façon là, des valeurs de la République. J’étais là en face d’elle. J’ai souffert d’entendre un ministre au sein de l’hémicycle régler ses comptes avec son collègue”, a-t-il commenté, invité de l’émission ” Grand Oral” de Rewmi Fm. Le président du groupe parlementaire s’est réjoui de la décision de Macky Sall de la démettre de ses fonctions. “Macky Sall a fait preuve de responsabilité et il a montré encore une fois au peuple sénégalais que pour lui la patrie avant le parti. C’était un sacerdoce parce que je sais qu’il porte dans son cœur Mme Tambédou. C’est une femme qui, depuis le début est avec nous. Elle souffre ces temps-ci parce que, je rappelle, elle a perdu son enfant, elle a des problèmes. Peut être ce sont ses problèmes qui lui ont poussé à se comporter de cette façon, mais ce n’était pas le lieu. Elle pouvait dire la même chose dans le bureau du Président Macky Sall face à son collègue Diène Farba Sarr”, a-t-il ajouté. Pour éviter de tels incidents, Moustapha Diakhaté souhaite désormais quand un ministre de la République viendra à l’Assemblée nationale, qu’on ne donne pas la parole au secrétaire d’Etat ou au ministre délégué. “ Que la parole soit exclusivement réservée au ministre de tutelle ”, a-t-il proposé.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.