Madame Mangara, Adja Ndèye Maty Fall croit au miracle | La Depeche du jour

Madame Mangara, Adja Ndèye Maty Fall croit au miracle

Madame Mangara, Adja Ndèye Maty Fall croit au miracle

Madame Mangara ne désespère pas. Elle croit dur comme fer que les prières formulées à Mina, Arafat, Médine et à la Kaaba vont sauver son ménage quasiment rompu. Elle implore le Ciel prie Dieu de retourner Birima contre les mauvais démons.

Même dans la tempête d’instance de divorce, Madame Mangara, Adja Ndèye Maty Fall reste toujours «amoureuse de son mari le ministre délégué en charge du Budget Birima Manga qu’elle remercie au passage.

Même en étant à la Mecque, Adja Ndèye Maty Fall estime qu’elle avait même la prémonition que quelque chose allait se passer et c’est pourquoi «à Médine, à la Mecque, à Mina, à Arafat, j’ai beaucoup prié, comme par prémonition.… Je continue à implorer Allah, Le Tout Puissant, pour qu’Il lui accorde la sérénité, la lucidité et la clairvoyance nécessaires, loin des sentiers de Satan, tant dans son rôle d’époux et père de famille, que dans ses fonctions républicaines. Je voudrais remercier tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont témoigné de leur soutien et affection dans cette épreuve et regretter qu’au delà de ma personne, ma famille si digne, si sobre soit pour la première fois, portée sur les feux d’une actualité peu honorable», a renchéri Mme Mangara qui considère jusqu’à preuve du contraire comme la femme de Birima Mangara.

«Au moment où je rentre de pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, entièrement pris en charge par celui qui, à ce jour, demeure mon époux, je pouvais m’attendre à autre chose. Une épouse soupçonnée de relations extra-conjugales, ne saurait bénéficier de faveurs telles que celles que j’ai évoquées par ailleurs, de la part de son mari. Qui plus est, tout au long de la démarche de foi que je viens d’effectuer, Birima n’a cessé, par de multiples appels et messages, de me manifester attention et affection comme d’ailleurs il l’a toujours fait», a ajouté Mme Mangara. Feuilleton à suivre…
Source Leral

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.