Macky affirme avoir mieux fait que Senghor, Diouf et Wade : »De l’indépendance à 2012, soit 52 ans, le réseau autoroutier du Sénégal était de 35 km. Nous en avons ajouté 36 en 4 ans… » | La Depeche du jour

Macky affirme avoir mieux fait que Senghor, Diouf et Wade : »De l’indépendance à 2012, soit 52 ans, le réseau autoroutier du Sénégal était de 35 km. Nous en avons ajouté 36 en 4 ans… »

Macky affirme avoir mieux fait que Senghor, Diouf et Wade : »De l’indépendance à 2012, soit 52 ans, le réseau autoroutier du Sénégal était de 35 km. Nous en avons ajouté 36 en 4 ans… »

Le Sénégal n’a connu aucun progrès entre 1960 et 2012. Dans le domaine autoroutier en tout cas. Dans son discours d’inauguration du tronçon Diamniadio-Sindia, Macky Sall a indiqué: « De l’indépendance à 2012, soit 52 ans, le réseau autoroutier du Sénégal était de 35 km, entre Dakar et Diamniadio ». Avant de se féliciter: « Nous en avons ajouté 36 en quatre ans, avec la réalisation des tronçons Diamniado-AIBD (17 km) et AIBD-Sindia (19 km) ».

Une manière d’indiquer qu’il a fait beaucoup plus en seulement 4 ans que Léopold Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade réunis.

Mais selon le Président Sall, c’est loin d’être fini. Car, « d’autres projets vont suivre, entre AIBD et Thiès, sur 16 km ; Thiès-Thiénaba-Tivaouane, sur 21 km et le projet majeur Thiès-Touba, communément appelé Ilaa Touba sur 113 km. » Conséquence: « au total, le réseau autoroutier national comptera 221 km d’autoroutes en 2019. »

Macky Sall de bomber le torse: « Notre vision est claire : il s’agit de doter notre pays d’un réseau routier et autoroutier moderne, répondant aux meilleurs standards, non seulement pour faciliter les liaisons entre nos villes, mais aussi pour rendre nos campagnes plus accessibles, en voyageant plus vite et dans de meilleures conditions de sécurité. De plus, la connexion avec le nouvel aéroport international Blaise Diagne sera renforcée par le Train Express Régional, dont les travaux vont démarrer prochainement ; le montage technique et financier étant déjà bouclé. Tout ce dispositif nous ouvrira au reste du monde en répondant aux exigences de confort, de mobilité et de gain de temps requis pour un aéroport qui ambitionne de se positionner en hub international de première classe. Sur la route du progrès, nous ne devons restreindre nos ambitions ni dans la vision de ce que nous voulons faire, ni dans la mobilisation des moyens pour la réalisation de nos projets. »

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.