Le message qui parlera à tous les parents divorcés | La Depeche du jour

Le message qui parlera à tous les parents divorcés

Le message qui parlera à tous les parents divorcés

Se séparer quand on a fait un enfant est devenu fréquent. Cela n’en reste pas moins douloureux. Il faut continuer à éduquer le fruit de notre amour d’alors, faire preuve d’indulgence envers l’ex, gérer les séparations régulières et dévastatrices. Aucun parent n’a envie d’être séparé de sa marmaille mais c’est pourtant obligatoire quand la rupture des parents est à l’ordre du jour. Une mère britannique, divorcée et maman d’une petite fille, a posté un message faisant état de sa réalité difficile. Son message parlera probablement à de nombreuses personnes dans la même situation.

« Je ne m’attendais pas à ce que mon mariage se termine par un divorce », écrit Rosie Dutton. « Mais c’est le cas. » Et Rosie admet: « Ça fait mal. » Elle a vu l’image de la famille telle qu’elle l’entendait alors « voler en éclats ».

« J’ai eu tellement de mal à partager ma vie. C’était seulement un jour et une nuit par semaine au début mais à ces moments-là, j’étais seule et perdue. Je me demandais ce qu’elle faisait, si elle allait bien. Avait-elle besoin de moi? Je n’avais pas seulement d’avoir raté mon mariage mais aussi celle de l’avoir laissé tomber en quelque sorte. »

Elle se souvient avoir passé les premiers jours, les premières semaines sans sa fille « assise dans le noir ». « Je ne bougeais pas du canapé jusqu’à son retour. »

Elle-même enfant du divorce, elle a grandi sans son papa. « Je ne voulais pas de ça pour ma fille, j’étais déterminée à maintenir notre famille unie, ensemble, qu’on soit un couple ou non. » Avec son ex, Rosie a donc décidé de continuer à faire des choses « en famille »: célébrer l’anniversaire de leur fille, sortir dîner, assister aux spectacles de l’école… « Mais j’avais vraiment du mal à voir son père et à passer du temps à trois. J’étais bouleversée après et pour ma santé mentale, j’ai eu besoin d’arrêter. » Rosie a eu besoin d’une distance physique avec son ex-mari pendant un moment mais ils continuaient à se parler au téléphone « de façon amicale ».

« Il y avait beaucoup à pardonner »
C’est un dessin de sa fille qui lui a remis les idées en place. Elle avait dessiné son papa avec un visage triste et lui avait expliqué: « Il est triste parce qu’il ne fait partie de notre famille et je sais qu’il te rend triste ». Rosie a pris sur elle. « Il y avait beaucoup à pardonner mais je devais laisser ma colère et ma tristesse pour notre fille. (…) Certaines personnes m’ont dit que ça serait impossible que nous soyons amis et d’être en paix l’un avec l’autre. Eh bien, c’était possible. Il n’est jamais trop tard pour faire la paix. Cela ne signifie pas que nous devons oublier les choses blessantes qu’on nous a faites mais nous pouvons pardonner. Nous faisons ce choix et nous pouvons choisir la bonté. La vie est trop courte et trop belle pour rester en colère ou s’asseoir dans le noir. »

« Notre fille le mérite »

Au cours des deux dernières années, Rosie et son ex ont reconstruit leur relation en tant que parents. « Nous sommes plus forts que jamais pour notre fille. Elle nous a tous les deux à ses côtés quand elle a besoin de nous. (…) Notre séparation et maintenant notre divorce ne doit pas forcément être la fin de sa famille. (…) Notre fille le mérite. Elle est délicieuse et elle éclaire nos vies, son papa et moi l’adorons. »

Rosie ne s’assied plus dans l’obscurité quand sa fille dort chez son papa. « Je suis parfois toujours triste bien que j’aime parfois aussi être seule. Ce n’est pas parfait. Mais je suis reconnaissante d’avoir cette relation où nous sommes encore tous connectés. »

lu sur 7sur7

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.