Kidnapping à Thiès : Une femme enceinte de 5 mois enlevée, une rançon de 200 000 francs Cfa réclamée | La Depeche du jour

Kidnapping à Thiès : Une femme enceinte de 5 mois enlevée, une rançon de 200 000 francs Cfa réclamée

Kidnapping à Thiès : Une femme enceinte de 5 mois enlevée, une rançon de 200 000 francs Cfa réclamée

Une affaire rarissime vient de se produire à Thiès. Les habitants du quartier cité Lamy de Thiès, près de la mosquée de Dioun plus précisément, sont en effet dans la torpeur et le désarroi, depuis avant-hier. Et pour cause, une jeune femme enceinte y a été enlevée.

Une jeune dame répondant au nom de Kébé Samb, a été enlevée en plein jour, à Thiès. Agée de 25 ans et enceinte de 5 mois de son troisième enfant, Kébé Samb, qui se rendait à l’hôpital pour une visite chez le gynécologue, ignorait que c’est le taxi qu’elle va arrêter qui va l’amener chez ces ravisseurs. Saliou Ndaw, ami de l’époux de la dame, est revenu sur les faits. Et comme dans un film, la dame une fois kidnappée aurait appelé directement dans le téléphone de son mari pour lui expliquer ce qui s’est vraiment passé et pourquoi elle est absente.
«En pleurs, elle a appelé son mari pour lui dire qu’elle a été enlevée par un taximan qui à son tour l’a remise, toute ligotée, à une certaine dame et deux garçons qui l’ont mise dans une voiture 4X4, puis l’ont amenée. Elle lui a dit qu’actuellement, elle ignore le lieu où elle se trouve», nous renseigne-t-il.
Désespérée, la famille, qui voulait que leur épouse revienne saine et sauve, a fini par céder à la pression en versant la rançon que les ravisseurs de la dame exigeaient. Soit un montant de 200 000 francs Cfa. Puis, elle a saisi la police.
Ainsi, arrivé à la police pour une plainte par la suite, le mari de la jeune dame a bien souligné qu’il venait de verser par transaction une somme de 200 000 francs Cfa pour la libération de sa dame. Somme que les limiers lui ont demandé de retirer aussitôt, nous a renseigné Saliou Ndaw.
La police de Thiès, qui s’est saisie depuis de l’affaire, a ouvert une enquête qui, actuellement, suit son cours.

(Source : Le Populaire)

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.