Juste une petite preuve et l’affaire est pliée, selon Barthélémy Dias | La Depeche du jour

Juste une petite preuve et l’affaire est pliée, selon Barthélémy Dias

Juste une petite preuve et l’affaire est pliée, selon Barthélémy Dias

Il y a deux ans, le maire de Mermoz/Sacré-Cœur avait écrit au président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse pour demander la levée de son immunité parlementaire. Cela tarde à se faire encore. Aussi, Barthélémy Dias, face à la presse, hier, soupçonne une volonté politique de l’éjecter de son siège de député. Pourtant, il n’exclut pas de démissionner si rien n’est fait.

Barthélémy Dias ne frissonne pas. Le maire de Mermoz/Sacré-Coeur est convaincu de son innocence. Il atteste même que son procès pour le meurtre de Ndiaga Diouf ne saurait se tenir si les commanditaires de cet acte comme l’ont eu à demander le Président Macky Sall et Ousmane Tanor Dieng ne sont pas démasqués.
«Il me suffira juste de sortir une toute petite preuve pour que ces gens soient démasqués et on n’en parlera plus», a-t-il révélé, hier, dans le cadre d’une conférence de presse tenue dans les locaux de sa mairie. Ce, après que le renvoi du procès pour lever son immunité parlementaire.

«Depuis ces événements, c’est la première fois que je croise le père de la victime»

«Depuis ces événements, c’est la première fois que je croise le père de la victime. Je l’ai vu au tribunal, ce matin (Ndlr : hier lors du procès) mais c’est un homme meurtri et blessé dans sa chair», se désole-t-il.
Aussi appelle-t-il encore une fois au président de l’Assemblée nationale, d’organiser la levée de cette immunité qui empêche le déroulement du procès

«Je ne pourrai faire autre chose que de démissionner si…»

«J’ai toujours eu de très bons rapports avec Moustapha Niasse et j’espère que cette relation va rester telle quelle. Je voudrai que l’Assemblée lève mon humilité comme je l’ai demandé par écrit il y a deux ans», demande le maire socialiste.
Et d’ajouter : «J’ai toujours refusé un non-lieu concernant ma situation. On semble vouloir me liquider politiquement et tirer ce procès au clair me profite surtout pour ma carrière. Je ne suis pas un criminel.»
Sur la même lancée, Barthélémy Dias signifie tout de même tenir au poste de député. «Je ne demande qu’à servir le peuple mais si mon immunité n’est pas levée, comme l’a demandé le juge, je ne pourrais faire autre chose que de démissionner. Ce procès vaut mieux que le poste de député. Ne serait-ce par respect de la mémoire du défunt Ndiaga Diouf, mais aussi de l’opinion sénégalaise», se défend-il.
Le maire de Mermoz/Sacré- Cœur se dit surpris par la tournure que le procès a pris hier au tribunal correctionnel de Dakar. «Quand le juge m’a demandé de faire lever mon immunité parlementaire pour être jugé, je suis tombé des nues. J’ai même proposé de démissionner, mais il m’a signifié que cela ne me revenait pas, que ce ne sont pas mes prérogatives.»
Il rappelle avoir être jugé par le même tribunal sur l’affaire des panneaux publicitaires. «J’avais simplement signifié au juge que je n’ai pas détruit les panneaux en tant que députe,́ mais en tant que maire et j’ai été entendu et jugé pour les faits. Alors pourquoi ne pas procéder de la même manière ? » s’interroge-t-il.
Sur la crise du Parti socialiste, Barthélémy Dias notifie que les «Verts» sont ancrés dans Benno Bokk Yakaar. «Il y a malheureusement certains membres du parti qui veulent donner un gage au Président Macky Sall sans pour autant passer par les instances. C’est pourquoi, je vous dirai que mon procès n’est autre qu’un complot politique. Ce n’est pas le procès de Barthélémy Dias mais de l’intelligence sénégalaise», renseigne le maire.
Qui ajoute que Khalifa Sall demeure le patron de Dakar et c’est pour récupérer cet électorat qu’il y a l’affaire des jeunes socialistes qu’on veut éliminer politiquement mais aussi Barthélémy Dias qui, à la limite, dérange.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.