Internet et réseaux sociaux : que deviennent vos comptes à votre mort | La Depeche du jour

Internet et réseaux sociaux : que deviennent vos comptes à votre mort

Internet et réseaux sociaux : que deviennent vos comptes à votre mort

Que deviennent les comptes Facebook ou Twitter au décès de leurs utilisateurs ? Cette question de la mort numérique prend de l’ampleur et a été incluse dans la récente loi sur la République numérique.

Plus de 31 millions d’utilisateurs inscrits sur Facebook en France, 24 millions sur YouTube, 12,8 millions sur Twitter, 10 millions sur Instagram ou Snapchat… et autant de données personnelles qui, au fil des jours, construisent notre vie numérique. Mais que se passe-t-il à notre mort ? Que deviennent nos profils et nos données ? Y a-t-il une mort numérique ou une éternité virtuelle ?

Réflexion de la Cnil dès 2014 sur l’identité post-mortem

À l’heure où les Français rendent hommage à leurs morts – physiquement – dans les cimetières, la question de la mort numérique, encore taboue, est en passe de trouver des solutions après plusieurs années de réflexion. En 2014, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), «soucieuse d’assurer une protection effective de l’identité individuelle», s’était saisie du sujet. «Le développement de nouveaux modes d’exposition de soi en ligne a conduit à faire vivre son identité après la mort de multiples façons», indiquait la Cnil, donnant plusieurs exemples comme la création d’un avatar qui dialoguera avec les vivants, le dépôt de fleurs ou bougies virtuelles par les héritiers ou les proches dans des cimetières 2.0, etc.

«Comment concilier le droit à l’oubli numérique et les possibilités d’atteindre l’éternité numérique offertes par la vie en ligne ?», s’interrogeait la Cnil. «D’ici quelques années, une majorité des personnes décédées se sera dotée d’une identité numérique post-mortem.»

Et il est vrai que les problèmes de gestion de ces identités ne manquent pas : tel parent qui reçoit sur Facebook une invitation à un événement de son fils décédé ; tel employé qui découvre sur le réseau professionnel LinkedIn une mise en relation d’un collègue pourtant récemment disparu.

Pour faire face à ces problèmes, les réseaux sociaux se sont résolus à proposer des solutions. Ainsi depuis 2015, Facebook offre la possibilité à des proches de transformer le compte d’une personne décédée en un «compte de commémoration». L’expression «En souvenir de» est alors affichée à côté du nom de la personne sur son profil et plus aucun message ne peut être posté en son nom.

Facebook est le plus en avance sur le sujet car il pourrait y avoir plus d’utilisateurs décédés sur ce réseau social en 2065 que d’inscrits vivants !

Les autres réseaux sociaux ont également mis en place des procédures pour permettre aux représentants légaux de défunts de fermer les comptes de ces derniers. Ces procédures sont souvent complexes et longues (de six mois pour Twitter à neuf mois pour Google).

La loi introduit le tiers de confiance

C’est pour réduire ces délais et simplifier les procédures que la récente loi République numérique d’Axelle Lemaire, promulguée le 8 octobre dernier, a introduit un article sur la mort numérique. «Comme pour un testament, une personne aura le droit de faire respecter sa volonté sur le devenir de ses informations personnelles publiées en ligne après son décès, auprès des fournisseurs de service en ligne ou d’un tiers de confiance.»

Des dispositions qui entreront en vigueur au printemps ; le décret organisant notamment le répertoire des directives devant être publié pour mars 2017. Le temps pour les opérateurs de s’organiser.

Toutefois certains d’entre eux ont pris les devants comme Newmanity, un service de messagerie éco-responsable. «Comme on pourrait aborder avec ses proches sa position sur le don d’organes, ses volontés pour l’enterrement, on doit pouvoir évoquer ce que l’on veut faire de nos données sur le web» explique Stéphane Petibon, fondateur et directeur général de Newmanity, qui permet de désigner un légataire, lequel sera chargé de gérer nos comptes à notre mort.

«Dans nos cœurs»

Avec le site dansnoscoeurs.fr, La Dépêche du Midi permet aux familles qui le souhaitent de rendre hommage à leurs défunts. Comme sur une page Facebook, il est possible de déposer des messages de soutien et de sympathie, des bougies virtuelles et de dédier au défunt un album souvenirs qui lui sera exclusivement consacré. Cet album, partagé sur invitation par les proches du défunt ou en accès public, peut regrouper des photos, des vidéos, des documents, etc.
La Dépêche du Midi

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.