Impôt colonial: Depuis 50 ans, la France rackette 40% du budget national de 14 pays africains | La Depeche du jour

Impôt colonial: Depuis 50 ans, la France rackette 40% du budget national de 14 pays africains

Impôt colonial: Depuis 50 ans, la France rackette 40% du budget national de 14 pays africains

Dans son désir de vouloir régenter le monde, houspillant les uns pour avoir envahi ses territoires, les autres pour ne pas vouloir calquer son modèle « laïc », l’Europe semble oublier son passé colonialiste.
Un passé dont elle n’est pas fière et qu’elle tente de faire oublier à coups de sermons. La France qui tient un rôle prépondérant dans cette Europe qui se veut être un modèle à suivre, a pourtant quelques squelettes honteux enfouis dans son placard.

Sa période faste où la conquête des pays africains s’enchaînait à un rythme endiablé a laissé quelques traces indélébiles. Un impôt colonial imposé encore aujourd’hui à 14 pays africains, Bénin, Burkina Faso, Guinée- Bissau, Côte-d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo-Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon.
14 pays paient à la France une sorte de dîme pour “services rendus”. Alors de quels services s’agit-il ?
En 1958, le président guinéen Sékou Touré déclare l’indépendance du pays, une décision qui va déclencher le courroux de l’empire colonial français qui réagit rapidement à ce qu’il considère comme un acte de traîtrise.
Le pays sera rasé de fond en comble, toutes les infrastructures mises en place par le colonisateur seront détruites, crèches, écoles, voitures, médicaments, équipements agricoles, bétail, etc.. Quand les français quittent la Guinée, ils laissent derrière eux un champ de ruines.
Le message est clair pour tous ceux qui envisageraient de suivre l’exemple guinéen, d’ailleurs plusieurs pays africains freinent leurs ardeurs. Jusqu’au moment où le président de la République du Togo propose un compromis aux français. Payer une dette annuelle à la France pour se libérer de son joug.
Une taxe destinée à rembourser les « avantages » de la colonisation. La France s’empresse de signer ce contrat de dupe. La « dette coloniale » est fixée par les français à 40% du budget national de l’ex colonisé.
Non contente de la “super affaire”, la France coloniale exige aussi des africains de mettre 85% de leurs réserves à la banque centrale de France sous le contrôle du ministère des finances français.
L’Union européenne a bien dénoncé la pratique mais la France ne compte pas se passer d’environ 500 milliards de dollars annuels offerts gentiment par ses amis africains. Un racket en bonne et due forme légitimé et légalisé tout en continuant à accuser les dirigeants africains de corruption.
C’est le prix de la liberté payé par 14 Etats africains et cela fait plus de cinquante ans que cela dure.
Voici la liste des mesures imposées par la France aux pays africains.
1 . La dette coloniale pour les avantages de la France colonisation
2 . Confiscation automatique des réserves nationales
3 . Droit de priorité sur toute ressource brute ou naturel découvert dans le pays
4 . Priorité aux intérêts et aux entreprises françaises dans les marchés publics et constructions publiques
5 . Droit exclusif de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des pays
6 . Droit pour la France de pré-déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts
7 . Obligation de faire du français la langue officielle du pays et de la langue pour l’éducation
8 . Obligation d’utiliser la l’argent de la France coloniale le FCFA
9 . Obligation d’envoyer le rapport annuel France du solde et de réserve
10 . Renonciation à entrer en alliance militaire avec tout autre pays , sauf autorisation par la France
11 . Obligation de s’allier avec la France en situation de guerre ou de crise mondiale

Source: legrandsoir.info

Mots clés
  1. Et avec ça la France croit être à l’abri d’un soulèvement populaire Africain? L’avenir nous dira

    Répondre

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.