Hortense Diédhiou: « Je n’envisage pas encore ma retraite et tant que je suis bien dans ma tête… »

Hortense Diédhiou: « Je n’envisage pas encore ma retraite et tant que je suis bien dans ma tête… »

La judokate sénégalaise Hortense Diédhiou, triple médaillée d’or aux championnats d’Afrique des moins de 52 et des moins de 57 kg dit ne pas envisager « encore » sa retraite, indiquant être en pleine possession de ses moyens.

« Je n’envisage pas encore ma retraite et tant que je suis bien dans ma tête et dans mon corps, je vais faire du judo », a déclaré la judokate sénégalaise, qui a été éliminée dès le premier tour de la dernière olympiade à Rio en août dernier.

Agée plus de 33 ans, Hortense Diédhiou passe actuellement son « temps libre » avec les pensionnaires de son école de judo basée à Ziguinchor (sud), pour préparer les 72 heures de gala sportif dans la capitale sud du pays.

« Avant de rentrer en France où je suis assistante maternelle, nous avons voulu avec les autres membres de mon association organiser des manifestations sportives étalées sur trois jours (23 au 25 décembre) », a expliqué la judokate.

« Le 23 décembre, nous avons prévu un tournoi de basket avec trois équipes de Ziguinchor et une autre de Dakar. Le 24 décembre, il y aura un festival de judo et le 25 décembre, nous aurons droit à un gala de lutte, a-t-elle relevé, indiquant qu’elle espère pouvoir compter sur les ténors de la lutte sénégalaise.

« En plus des pensionnaires des équipes nationales, Adama Diatta et Isabelle Sambou, nous avons l’ambition de convaincre Ama Baldé, Balla Gaye 2 et Yahya Diop Yekini entre autres à faire le déplacement pour les offrir en exemple à la jeunesse du sud du pays », a-t-elle expliqué.

« Notre ambition est d’aider à l’éducation et à la promotion à travers le sport et ces lutteurs sont des exemples à offrir à toute la jeunesse de ce pays », a-t-elle dit, soulignant qu’elle veut aussi à travers l’organisation de cet événement apporter sa contribution à l’œuvre de construction nationale.

« J’ai eu besoin d’aide et de soutien pour pouvoir atteindre ce niveau, c’est le moins que je puisse faire pour mes jeunes frères et sœurs », a-t-elle par ailleurs ajouté.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.

Close