Franck Timis mal barré au Burkina | La Depeche du jour

Franck Timis mal barré au Burkina

Franck Timis mal barré au Burkina

Au moment où il plastronne au Sénégal, s’offrant même le luxe de porter plainte pour diffamation contre 11 membres de l’opposition et de la société civile, Franck Timis est traqué au Burkina Faso. Une commission d’enquête parlementaire, chargée de faire la lumière sur la gestion des titres miniers sous Blaise Compaoré, a recommandé des poursuites judiciaires contre lui et le retrait du permis d’exploitation de la mine de manganèse de Tambao accordé à Pan African minerals dont il était le Pdg.

Dans son rapport, rendu public hier, mardi 25 octobre, au cours d’une séance plénière à l’Assemblée nationale, la commission dirigée par Ousseni Tamboura reproche à l’homme d’affaires australo-roumain des faits de corruption. Révélant qu’il a versé des sommes d’argent d’une valeur de 5 milliards de francs CFA à François Compaoré, frère et conseiller spécial de l’ancien président déchu Blaise Compaoré, ou à des ministres.

La commission renseigne qu’entre 2005 et 2015, le Burkina Faso a perdu au moins 551 milliards 163 millions 803 mille 556 francs CFA à cause de la gestion calamiteuse des titres miniers et des dommages sur l’environnement du fait de l’exploitation minière. L’enquête a concerné douze mines, deux sites d’orpaillage, trois sites semi-mécanisés et deux sites de carrière. Elle a nécessité 140 auditions concernant 1400 personnes.

Franck Timis est aussi au cœur de l’affaire Petro-Tim au Sénégal. Son entreprise, Timis Corporation, a racheté Petro-Tim Limited, qui détenait 90% des permis d’exploration et d’exploitation des blocs de Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond. Par la suite, il a cédé à Kosmos Energy 60% des parts héritées de la transaction, gardant les 30% officiellement.

L’opposition sénégalaise et certains membres de la société civile jugent ces opérations douteuses. D’autant que dans le cadre de ses activités, Timis collabore avec Aliou Sall, le frère du Président Macky Sall, qui était d’abord administrateur de Petro-Tim Sénégal avant de passer à Timis Corp. Sénégal, lorsque l’homme d’affaires australo-roumain a racheté Petro-Tim Limited.

Le 13 octobre, Aliou Sall a démissionné de son poste à Timis Corp. Sénégal. Mais il a été maintenu dans le groupe de Franck Timis en tant que responsable du développement des activités de la compagnie sur toute l’Afrique, sauf le Sénégal.

Une démission qui n’a pas fait retomber les critiques et les soupçons de conflits d’intérêts, de fraude fiscale et de népotisme. Des suspicions qui devraient enfler davantage avec les déboires de Franck Timis qui s’annoncent au Burkina Faso, la porte d’à côté.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.