En « exil forcé » au Qatar, Karim Wade devient consultant international | La Depeche du jour

En « exil forcé » au Qatar, Karim Wade devient consultant international

En « exil forcé » au Qatar, Karim Wade devient consultant international

L’ancien ministre et fils de Me Abdoulaye Wade est devenu un consultant international à Doha où il séjourne depuis sa libération. C’est «Jeune Afrique» qui donne l’information. L’ancien président de l’Anoci mène une vie de ministre, enchaînant rendez-vous et réunions. Un proche, qui est allé lui rendre visite à deux reprises, assure qu’il est «consulté pour divers grands projets, y compris par des chefs d’État ». Lesquels ? On n’en saura pas plus. Fidèle à ses habitudes, Karim Wade entretient le mystère, et lorsque ses proches s’expriment en son nom, les détails sont comptés. En tout cas, à Dakar ou depuis Doha, Karim Wade entend jouer un rôle actif dans la campagne des législatives de juin 2017. « Deux banques internationales d’investissement lui ont proposé de prendre la direction de leurs activités en Afrique et au Moyen- Orient, mais il a décliné, assure un ami. Sa priorité, ce sont les échéances électorales au Sénégal». Ses trois filles, qui vivaient à Paris, ont pris leurs quartiers à Doha. En revanche, Karim Wade n’a pas revu ses parents depuis sa libération. Selon l’une de ses amies, une clause non écrite du « protocole de Doha» lui ferait interdiction, dans l’immédiat, de poser le pied dans l’Hexagone. «Ils ne voulaient pas que Karim s’installe dans un pays où la communauté sénégalaise est importante», confie l’un de ses avocats.
(L’As)

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.