Casamance : Aly Haïdar note une « nette diminution » du trafic de bois | La Depeche du jour

Casamance : Aly Haïdar note une « nette diminution » du trafic de bois

Casamance : Aly Haïdar note une « nette diminution » du trafic de bois

Le trafic du bois en Casamance est en « nette diminution », a soutenu, samedi à Dakar, l’écologiste sénégalais Aly Haïdar.

M. Haïdar a tenu ces propos devant le Premier ministre Mahammed Dionne qui présidait la cérémonie de graduation de l’Institut africain de management (IAM).

Ancien ministre de l’environnement, Aly Haïdar a été le premier à sonner, au mois de mai dernier, l’alerte sur la coupe abusive de bois et son trafic vers la Gambie.

Le directeur de l’Oceanium avait, au cours d’une conférence de presse, affirmé que le Sénégal a « perdu plus d’un million d’arbres depuis 2010 et la Gambie a réussi à empocher près de 140 milliards de francs CFA ».

Il a salué la présence fréquente des ministre des Forces armées, de l’Intérieur et de l’Environnement dans les régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou.

Lors d’un déplacement, en juin en Casamance, le ministre des Forces armées, Augustin Tine avait déclaré que le gouvernement sénégalais va prendre des « mesures fortes » contre la coupe abusive de bois en Casamance.

« La décision est prise de faire arrêter la coupe abusive de bois dans nos forêts. Il faut que les gens qui s’adonnent à cette pratique le comprennent. Je crois fortement que cette pratique va cesser d’ici quelques jours », avait-il dit.

Jeudi, au passage du gouvernement à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé avait soutenu que le gouvernement a pris « à bras le corps la lutte contre le trafic illicite du bois et poursuit la riposte avec des ratissages le long des frontières ».

« Plus de 30 délinquants croupissent dans les prisons. C’est pour vous dire que le gouvernement prend à bras le corps la lutte contre le trafic illicite du bois. Nous sommes en train de continuer la riposte » avait-il notamment dit.

« Nous voulons internationaliser le combat dans la lutte contre l’exploitation illicite du bois » avait-il relevé, soulignant que les forces de sécurité et de défense ont mené « un ratissage » le long des frontières avec certains pays limitrophes du Sénégal. « Effectivement, le trafic illicite de bois est un problème et actuellement, le gouvernement apporte une réponse. Les forces de défense et de sécurité mènent une lutte intensive contre le trafic illicite de bois », a ajouté M. Baldé.

APS

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.