Burkina Faso: un complot contre l’Etat déjoué au sein de l’armée | La Depeche du jour

Burkina Faso: un complot contre l’Etat déjoué au sein de l’armée

Burkina Faso: un complot contre l’Etat déjoué au sein de l’armée

Une trentaine de militaires, des sous-officiers et des militaires du rang, appartenant à l’ex-garde rapprochée de l’ex-président Blaise Compaoré, projetaient de renverser le 8 octobre dernier le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré. L’information a été communiquée ce 21 octobre au cours d’une conférence de presse par le ministre de la Sécurité intérieure.

Selon Simon Compaoré, l’objectif de ces soldats était de s’attaquer à un camp de gendarmerie, à la maison d’arrêt et de correction des armées et au palais présidentiel afin de s’emparer du pouvoir. Le cerveau de cette tentative, l’adjudant-chef Gaston Coulibaly est toujours en fuite et activement recherché par les forces de sécurité.

Tout a commencé le samedi 8 octobre dernier lorsque quatre individus suspects ont tenté de désarmer les gendarmes qui les conduisaient dans leur camp pour des vérifications d’usage. Deux suspects furent tués et un gendarme blessé. Après plusieurs interpellations et des interrogatoires, le ministre de la Sécurité intérieure annonce l’arrestation d’une trentaine de soldats, tous de l’ancienne garde rapprochée de Blaise Compaoré. Selon le ministre d’Etat Simon Compaoré, ces soldats préparaient un complot pour déstabiliser le pays.

Face à cet échec, le principal suspect, l’adjudant-chef Gaston Coulibaly a projeté un plan alternatif. Une dizaine de militaires interpellés ont été déférés à la maison d’arrêt et de correction des armées. Ils sont poursuivis pour attentat à la sûreté de l’Etat, rébellion, haute trahison, entre autres chefs. Le ministre prévient que d’autres arrestations auront lieu dans les prochains jours, notamment des complices civils.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.