Barthélémy Dias: « Je n’ai pas tué Ndiaga Diouf, l’autopsie l’a bien prouvé » | La Depeche du jour

Barthélémy Dias: « Je n’ai pas tué Ndiaga Diouf, l’autopsie l’a bien prouvé »

Barthélémy Dias: « Je n’ai pas tué Ndiaga Diouf, l’autopsie l’a bien prouvé »

Dans un entretien accordé à l’Observateur, Barthélémy Dias se dit prêt à répondre à la convocation, mais il prévient qu’il ne va pas participer à un procès sans les commanditaires. « Lors de l’enquête, un garde du corps de l’ancien président de la République Abdoulaye Wade avait été convoqué par le Doyen des juges, mis sous mandat de dépôt et à peine deux heures, a obtenu une liberté provisoire. Ensuite, avant que cette enquête ne soit bouclée, ce garde du corps qui, en réalité, sera confronté aux nervis, a obtenu un non-lieu. Du jamais vu dans l’histoire judiciaire du Sénégal. Donc, il est hors de question d’aller à un procès où il n’y a pas commanditaire. Je ne l’accepterai pas, parce que la justice doit être dite au nom du peuple. C’est pourquoi, je réitère mon sentiment de gratitude d’avoir l’opportunité de participer à ce procès pour que la vérité jaillisse », argue-t-il avant de plaider non-coupable.  » Que le droit soit dit. J’étais en situation de légitime défense. « L’autopsie a bien prouvé que la personne qui a tiré sur Ndiaga Diouf était couchée ou accroupie. Alors que je n’ai jamais eu à m’accroupir lors de cette bagarre, de surcroît à me coucher. Mais j’assume ce que j’ai fait. J’ai utilisé mon arme à feu pour me défendre. J’ai agi en état de légitime défense », explique-t-il.

Barthélémy Dias n’a pas raté certains responsables de la mouvance présidentielle qui selon lui « pensent que la justice sénégalaise est une coordination de l’APR (alliance pour la République. Il y a même des responsables du Parti socialiste qui pensent que c’est une section du Ps. Je voudrais leur dire que le droit sera dit au nom du peuple sénégalais ».

C’est aujourd’hui, sauf renvoi, que Barthélémy Toye Dias et neuf de ses coaccusés poursuivis pour le meurtre de Ndiaga Diouf, vont comparaître à la barre du Tribunal correctionnel de Dakar. Une affaire qui remonte au 26 décembre 2011, suite à la fusillade devant la mairie de Mermoz Sacré-Cœur. Le maire socialiste va comparaître pour les délits de coups mortels et de coups et blessures volontaires. Tandis que ses co-prévenus vont comparaître pour, entre autres délits, d’association de malfaiteurs, de rassemblement illicite suivi d’actions diverses, menaces verbales de mort.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.