Bamba Fall, à sa sortie de Dic : « Ousmane Tanor Dieng a menti » | La Depeche du jour

Bamba Fall, à sa sortie de Dic : « Ousmane Tanor Dieng a menti »

Bamba Fall, à sa sortie de Dic : « Ousmane Tanor Dieng a menti »

Convoqué à la Brigade des affaires générale (BAG), un des démembrements de la Division des investigations criminelles (DIC), le maire socialiste de la Médina, pendant plus de 7 tours d’horloge, a fait face aux enquêteurs qui l’ont soumis à une rude interrogation.

Bamba Fall est cité dans le cadre de l’enquête sur l’affaire dite du saccage de la maison du Parti socialiste lors des événements du 05 mars dernier. A sa sortie des locaux de la BAG, il n’a pas porté de gants pour trainer dans la boue le Secrétaire général du PS, responsable à ses yeux de cette fissure qui est en train de prendre des proportions inquiétantes au sein de leur formation.

Visiblement très remonté contre Ousmane Tanor Dieng, le maire de la Médina est allé même jusqu’à le traiter de menteur. D’emblée, il a fait savoir, pour prévenir, que cette convocation peut ne pas être la dernière. Car, il dit avoir senti, à travers les questions qui lui sont posées, que le régime de Macky Sall, par l’intermédiaire d’Ousmane Tanor Dieng, veut éliminer la candidature de Khalifa Sall. «Ce que nous n’accepterons pas», prévient-il sur un ton menaçant et plein de détermination.

«Ousmane Tanor Dieng a menti parce que…»

Très en verve, Bamba Fall, sans sourciller, déclare qu’Ousmane Tanor Dieng n’a pas dit la vérité quand il a soutenu que la plainte qui a été déposée n’a été dirigée contre personne. «Il a menti en disant que la plainte déposée était contre X. Aujourd’hui (hier), j’ai su que la plainte était contre Bamba Fall et Cie de Dakar. Donc, tout est clair aujourd’hui. Et, à travers ma personne, ils ne cherchent que la personne de Khalifa Sall», a révélé le maire de Médina qui a laissé entendre que le pire guette l’édile de la capitale et ses souteneurs.
Car, dit-il, à la surprise de tout le monde : «Ousmane Tanor Dieng nous poursuit pour violences et voies de faits, coups et blessures volontaires, tentative d’assassinat, injures publiques, menaces publiques et dégradation de biens appartenant à autrui.»

A en croire le maire socialiste, les enquêteurs lui ont posé des questions qui insinuent que la journée du 05 mars a été commanditée par Khalifa Sall et lui-même. «On n’a pas besoin de nous poser ce que nous faisions à la maison du Parti socialiste. Cette maison nous appartient. Elle existe grâce à nos cotisations. La maison du parti n’est pas un hôtel, c’est notre maison à nous. Je leur ai même signalé que le mur de la maison du parti, c’est moi qui l’ai construit», a expliqué Bamba Fall, très en colère contre son Secrétaire général.

«Je suis désolé de dire à Macky Sall que le colis que Ousmane Tanor Dieng lui a envoyé est qu’il vient de réceptionner est un colis vide»

A son avis, il ne comprend toujours pas pourquoi Ousmane Tanor Dieng accuse des jeunes du parti alors que ces derniers, à chaque fois que de besoin, ont été là pour lui. Mieux, il indique que si les gens le remercient à tout va en disant qu’il a tenu le parti pendant plus de 12 ans sans problème, c’est grâce aux jeunes. «Ousmane Tanor Dieng doit se rappeler que les jeunes, les femmes, les responsables et militants se sont sacrifiés pour que le parti soit debout. En ce moment, où étaient ses enfants ? Ousmane Tanor Dieng doit se rappeler que c’est par honneur que nous disons qu’il a tenu le parti. Mais, en vérité, ce parti, nous l’avons tenu ensemble.»

En outre, Bamba Fall ne com- prend pas l’attitude de leur leader qui, pour un poste, a voulu vendre le Parti. Il rappelle que pendant le règne du régime libéral, Ousmane Tanor Dieng avait refusé toutes les propositions de nomination d’Abdoulaye Wade. Ce, du fait qu’il avait la possibilité de briguer les suffrages des Sénégalais. «Mais, constate-t-il, pour le regretter, aujourd’hui qu’il a su qu’il ne peut plus être Président au Sénégal, Ousmane Tanor Dieng veut briser la carrière de l’espoir des socialistes. Aujourd’hui où les lueurs d’espoir commencent à apparaitre, où on croit au retour du Parti socialiste au pouvoir, notre responsable veut que nous n’ayons plus de candidat socialiste, ce n’est pas possible.»
Pour l’édile de la Médina, Ousmane Tanor Dieng et ses partisans trompent gravement le Président de la République. «Je suis désolé de dire à Macky Sall que le colis que Ousmane Tanor Dieng lui a envoyé et qu’il vient de réceptionner est un colis vide. Et, la moitié du colis est constitué de produits périmés. Car, ceux qui l’entourent n’ont plus de crédibilité dans ce Sénégal. Ils ne peuvent plus gagner dans leur base», a pesté Bamba Fall qui rassure que Khalifa Sall et ses souteneurs ne quitteront pas le parti.

«Si être avec Khalifa Sall est un crime, nous resterons toujours des criminels.»

«Il n’est même pas question de sortir de ce parti. Nous resterons dans ce parti, nous nous battrons et nous montrerons à Tanor Dieng, qui est venu en 1989 après nous, que ce parti ne lui appartient pas», a indiqué le maire socialiste. Avant d’ajouter : «nous ne sommes pas à vendre. Nous n’accepterons pas d’être vendus parce que nous n’avons pas de prix, nous irons aux Législatives avec Taxawu Sénégal. Le Parti socialiste doit avoir un candidat sinon Senghor ne le pardonnera pas. Ces gens qui nous dirigent ne sont pas de vrais socialistes. Si être avec Khalifa Sall est un crime, nous resterons toujours des criminels. Ils sont en train de chercher à mouiller Khalifa Sall pour qu’il ne soit pas candidat. C’est peine perdue. Ils sont en train de déstabiliser Barth’ parce que c’est un pion essentiel du dispositif de Khalifa Sall. Ils sont en train de me bloquer partout. C’est peine perdue car je n’ai pas peur d’eux. La confiance et l’espoir sont incarnés par Khalifa Sall», a expliqué Bamba Fall qui pense qu’ils ont été convoqués pour atténuer l’ampleur du débat sur le pétrole et le gaz.
Dans le même sillage, il a dit ses craintes par rapport à la confection des nouvelles cartes biométriques. «Je crois que l’invitation d’Ousmane Ngom, ancien ministre de l’Intérieur, à voyager avec le Président est relative aux cartes d’électeur, aux cartes d’identité parce que c’est lui qui connait Iris Corporation. Les premières cartes d’identité et d’électeur, c’est lui qui les avait négociées. J’ai peur, j’ai des craintes par rapport à l’établissement des cartes d’électeur», prévient-il.

Dakaractu

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.