Afrique du Sud : Jugés pour avoir tenté d’enfermer vivant un homme noir dans un cercueil | La Depeche du jour

Afrique du Sud : Jugés pour avoir tenté d’enfermer vivant un homme noir dans un cercueil

Afrique du Sud : Jugés pour avoir tenté d’enfermer vivant un homme noir dans un cercueil

« Vous ne demandez plus votre libération sous caution, vous serez maintenus en détention jusqu’au 25 janvier 2017. » C’est avec ces mots que le juge Jongilizwe Dumehleli du tribunal de Middelburg (Afrique du Sud) a clos, mercredi, la première audience permettant de sceller le sort de Willem Oosthuizen et Theo Martins Jackson.


Accusés « d’agression » et de « tentative de coups et blessures »
Les deux hommes blancs âgés tous deux de 28 ans sont accusés « d’agression » et de « tentative de coups et blessures » sur la personne de Victor Mlotshwa et ont brièvement comparu dans une salle d’audience pleine à craquer, en présence de la victime.
Les deux hommes ont été interpellés ce lundi suite à l’indignation générale provoquée par la publication sur Internet d’une vidéo de l’incident datant du 17 août. On y voit Victor Mlotshwa allongé vivant dans un cercueil posé à même le sol et l’un des accusés tenter de fermer la boîte de force, tandis que la victime gémit et essaie coûte que coûte de l’en empêcher.

« Ils m’ont accusé d’être entré par effraction sur leurs terres »
Dans un entretien à la chaîne Enca, Victor Mlotshwa a donné des détails sur les circonstances de l’incident : « J’étais en retard, j’ai pris un raccourci pour aller à Middelburg. Ils m’ont accusé d’être entré par effraction sur leurs terres. Ils m’ont tabassé et attaché puis emmené dans une ferme voisine. Et là-bas, ils m’ont mis dans le cercueil. »
Mercredi, plus de 200 personnes rassemblées à l’appel des principaux partis de la majorité et de l’opposition sud-africaines, ont manifesté devant le tribunal. « Prison à vie pour les racistes » ou « le racisme n’a pas sa place dans notre société démocratique », pouvait-on lire sur leurs pancartes.


20minutes.fr

Mots clés

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.