Affaire des emails : le FBI maintient sa position de ne pas poursuivre Hillary Clinton | La Depeche du jour

Affaire des emails : le FBI maintient sa position de ne pas poursuivre Hillary Clinton

Affaire des emails : le FBI maintient sa position de ne pas poursuivre Hillary Clinton

La police fédérale américaine recommande de ne pas poursuivre la candidate démocrate à la présidentielle dans l’affaire de ses emails, un revirement inattendu.

Revirement inattendu dans l’affaire des emails de la candidate démocrate à la Maison Blanche. James Comey, directeur du FBI, a informé le Congrès dimanche 6 novembre que l’examen de nouveaux courriels d’Hillary Clinton n’avait pas modifié les conclusions formulées en juillet, qui recommandaient le classement de l’affaire. Une information partagée par le député républicain Jason Chaffetz sur Twitter :

L’équipe du FBI a « passé en revue toutes les communications de ou à destination de Hillary Clinton pendant qu’elle était secrétaire d’Etat. Sur la base de cette enquête, nous n’avons pas changé les conclusions que nous avions exprimées en juillet en ce qui concerne Mme Clinton », souligne la lettre du directeur de la police fédérale américaine.

A 48 heures du scrutin présidentiel

Donald Trump a comblé une partie de son retard sur sa rivale démocrate dans les intentions de vote pour la présidentielle de mardi depuis que le FBI a relancé l’affaire, la semaine dernière. Le geste de M. Comey, qui est d’obédience républicaine, avait été vertement critiqué par les démocrates. Sauf élément matériel substantiel, la tradition est de ne pas ouvrir d’enquête à deux mois d’un scrutin, pour éviter d’en influencer l’issue.

Hillary Clinton s’est vue reprocher l’usage d’un serveur de messagerie privé plutôt que celui du département d’Etat lorsqu’elle dirigeait la diplomatie américaine, pendant le premier mandat de Barack Obama. Une pratique dont elle a elle-même reconnu que c’était une erreur d’un point de vue de la sécurité des échanges d’informations sensibles.
Les nouvelles investigations du FBI concernaient des courriels de Mme Clinton découverts par hasard, sur un ordinateur autrefois partagé par une de ses proches collaboratrices, Huma Abedin, avec son mari, Anthony Weiner, dont elle est aujourd’hui séparée et qui fait l’objet d’une enquête pour textos inconvenants adressés à une mineure de 15 ans.

« Nous sommes heureux que cette question soit résolue », a déclaré la directrice de la communication de Hillary Clinton, Jennifer Palmieri. Cette annonce favorable à la candidate démocrate pourrait apporter un coup de pouce à Hillary Clinton à 48 heures du scrutin présidentiel.

LeMonde.FR

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.