Accident de train au Cameroun : un nouveau bilan fait état de 79 morts | La Depeche du jour

Accident de train au Cameroun : un nouveau bilan fait état de 79 morts

Accident de train au Cameroun : un nouveau bilan fait état de 79 morts

Le bilan de l’accident d’un train Yaoundé-Douala, vendredi, au Cameroun, s’alourdit avec la découverte de onze nouveaux corps.

Soixante-dix neuf personnes ont péri dans le déraillement d’un train Yaoundé-Douala, vendredi, au Cameroun, selon un nouveau bilan communiqué lundi par la radio d’Etat (CRTV). Dimanche, onze nouveaux corps ont été sortis des décombres, portant à 79 le nombre total de victimes, a précisé la CRTV, en citant le ministère de la Santé. La radio ajoute que 551 blessés ont été recensés, dont la majorité a été évacuée vers la métropole portuaire de Douala. Une victime française figure parmi les personnes tuées dans cet accident, a annoncé samedi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, en faisant part de sa « tristesse » devant ce « tragique accident ».

Le train reliant Yaoundé au port de Douala, bondé en raison de l’interruption du trafic routier entre les deux villes due à l’effondrement d’un pont, a déraillé aux environs d’Eseka, dans le centre du pays, vendredi. Plusieurs wagons ont basculé sur le bas-côté de la voie mais les causes de l’accident ne sont pas encore élucidées.

De nombreux secours dépêchés sur place. « Les équipes d’intervention et de sécurité sont mobilisées », a assuré de son côté la société chargée du transport ferroviaire, Camrail. La société appartient au groupe français diversifié Bolloré, actionnaire à 77,40%, selon son site Internet. « Les équipes de secours sont parties de Douala pour renforcer celles parties de la région du centre. Les sapeurs-pompiers sont en direction d’Eseka aujourd’hui (lunfi) », a déclaré à la presse le gouverneur de la région du Littoral, Dieudonné Ivaha Diboua.

La route a été coupée dans les deux sens au niveau de Matomb, à 68 km de la capitale à la suite de l' »effondrement d’une buse métallique sur la RN3 (route nationale numéro 3) », a annoncé le ministère des Travaux publics dans un communiqué. « On est en train d’abattre les arbres pour créer un pont piéton », a expliqué Martial Missimikim, responsable d’une ONG de sécurité routière, Securoute, joint depuis Yaoundé. De nombreux voyageurs et automobilistes étaient bloqués de part et d’autre de la route, attendant le retour à la normale, a-t-il rapporté.

Europe1

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.