La collaboratrice de CNN accusée d’avoir aidé Clinton donne sa démission | La Depeche du jour

La collaboratrice de CNN accusée d’avoir aidé Clinton donne sa démission

La collaboratrice de CNN accusée d’avoir aidé Clinton donne sa démission

Bien que la commentatrice de CNN conteste avoir transmis à l’avance la moindre question à l’équipe de campagne de la candidate démocrate, elle donne sa démission de la chaîne. Coïncidence?

CNN a annoncé lundi avoir cessé de collaborer avec Donna Brazile, présidente du Comité national démocrate et commentatrice politique, après la publication par WikiLeaks de courriels laissant entendre qu’elle aurait communiqué à l’équipe d’Hillary Clinton des questions prévues pour un débat, indique Reuters.

Dans un des courriels, Donna Brazile dit connaître certaines questions et propose d’en communiquer davantage. Un des courriels rendus publics et daté du 5 mars prévient le camp d’Hillary Clinton qu’une femme avec une éruption cutanée posera une question à la candidate concernant la ville septentrionale de Flint, en raison de son réseau d’aqueduc gravement contaminé par le plomb. « Sa famille a été empoisonnée au plomb et elle demandera ce qu’Hillary pourrait faire pour les gens de Flint si elle devient présidente », précise Donna Brazile dans son message.


Dans un autre courriel récemment dévoilé, Mme Brazile avait écrit: « De temps en temps j’obtiens les questions à l’avance. » Dans le même message, le stratège du Parti démocrate sous-entendait que Mme Clinton se verrait poser une question sur la peine de mort.

Après ces révélations, CNN a affirmé lundi que Mme Brazile avait donné sa démission de la chaîne. Dans un message publié sur Twitter, elle a remercié CNN et souhaité bonne chance à ses anciens collègues. « Merci CNN. Honorée d’avoir été une politologue et commentatrice démocrate sur votre chaîne », a tweeté lundi Donna Brazile.


Les courriels rendus publics par WikiLeaks ont été piratés par des hackers sur le compte de John Podesta. Le Parti démocrate n’a pas confirmé ni infirmé leur authenticité.

Reagissez à cet article

Your email address will not be published.